En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 

paris_13112015_01.jpg    

 
 
 
Vous êtes ici :   Accueil » Nouvelles
 
 
 

Nouvelles

MESSAGE POUR LA JOURNEE NATIONALE DE LA RESISTANCE - le 15/05/2020 @ 06:57 par JeandePeyrat

MESSAGE POUR LA JOURNEE NATIONALE DE LA RESISTANCE

L’année 2020 est celle du 75ème anniversaire de la victoire sur le Reich nazi, concrétisée par sa capitulation sans conditions signée le 7 mai 1945 à Reims et le 8 mai à Berlin.

Cette victoire fut celle des armées alliées et aussi celle des peuples qui, au prix de sacrifices immenses, n’auront cessé, plus de cinq ans durant, de mener la lutte de Résistance nationale à l’occupant et pour la liberté.

Dans notre pays, dès 1940, dès les premiers jours, les premières semaines, les premiers mois de l’Occupation, se manifestèrent des gestes de Résistance, commencèrent à s’organiser des structures de Résistance. Cette Résistance se renforça au fil des mois, donnant naissance à une multitude de groupes d’action et de propagande, de réseaux d’évasion et de renseignement, de mouvements… Leur coordination ainsi que le renforcement de leurs liens avec la France libre vont devenir une nécessité grandissante, c’est la tâche à laquelle se consacrera Jean Moulin.

Cela se concrétisera le 27 mai 1943 à Paris, 48 rue du Four, avec la formation, sous la Présidence de Jean Moulin, du Conseil National de la Résistance, le C.N.R., rassemblant 8 principaux mouvements de Résistance - 5 de la zone Nord (Front National pour la Libération et l’Indépendance de la France, Organisation Civile et Militaire, Libération-Nord, Ceux de la Libération, Ceux de la Résistance) et 3 de la zone Sud (Combat, Franc-Tireur et Libération-Sud), ainsi que 6 partis clandestins (communiste, socialiste, radical, démocrates-chrétiens, Fédération républicaine et Alliance démocratique) et les deux centrales syndicales, la CGT et la CFTC.

Cette création du CNR, représentant la Résistance, va se placer sous l’autorité du Comité National Français présidé par le Général de Gaulle. Elle renforça la légitimité du Chef de la France libre auprès des Alliés. «J’en fus à l’instant plus fort» écrira-t-il, car il représentait ainsi la France Combattante tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays.

Et la création du CNR va permettre l’élaboration et l’adoption d’un Programme qui sera publié le 15 mars 1944 dans la clandestinité sous le titre «Les jours heureux».

Sa première partie est un appel à la mobilisation de toutes les forces de la Résistance, du peuple français par le développement de la lutte sous toutes les formes pour hâter cette libération tant espérée.

Ainsi, la Résistance apportera aux débarquements des 6 juin 1944 en Normandie et 15 août suivant en Provence un appui dont le général Eisenhower soulignera l’importance en l’évaluant à l’action de 15 divisions.

La seconde partie du Programme du CNR est consacrée aux mesures à prendre dès cette Libération pour restaurer les institutions républicaines du pays, pour le rénover par une profonde démocratisation politique, économique et sociale. Elle trace les contours des «Jours heureux» dans une France que les Résistant(e)s veulent solidaire.

Le Gouvernement provisoire de la République française présidé par le Général de Gaulle, va mettre en œuvre le Programme du Conseil National de la Résistance : sur le plan économique, avec le souci, déjà exprimé par le Général dans un discours à la radio de Londres le 20 avril 1943, «qu’aucun monopole et aucune coalition ne puisse peser sur l’Etat ni régir le sort des individus [et que] les principales sources de la richesse commune soient administrées ou tout au moins contrôlées par la Nation…». D'où les nationalisations permettant la relance immédiate de l'économie dans une France épuisée par la Collaboration.

La démocratie politique et sociale sera approfondie : en 1945 seront créés les comités d’entreprise, les femmes voteront pour la première fois, à l’occasion des élections municipales, la Sécurité sociale sera étendue à tous les salariés . On peut mesurer en ces temps de pandémie à quel point, inspirée de l’esprit de solidarité des Résistant(e)s, elle a été un acquis précieux qu’il convient de défendre et conforter. En 1946 sont créées les entreprises nationales EDF et GDF, adopté le statut de la fonction publique... Toutes mesures qui, en dépit de remises en causes ultérieures, ont fondé, en privilégiant l’intérêt général sur les intérêts particuliers, les principes et les bases du pacte social et républicain qui perdurent pour une large part jusqu’à nos jours, et qu’il faut préserver.

Promulguée le 19 juillet 2013, la Loi instaurant la «Journée Nationale de la Résistance, le 27 mai», lui assignait comme mission d’«assurer la transmission des valeurs de la Résistance et de celles portées par le programme du Conseil National de la Résistance». Valeurs humanistes et démocratiques plus que jamais nécessaires dans un monde où les guerres, les pandémies, la xénophobie, le racisme, la misère, font resurgir le spectre du fascisme.

La Présidence Nationale de l’ANACR